12 mars 2007

Au pays des Milles Elephants

Sabaï dii !!!

Le passage de la frontière laotienne se fait à pied au milieu de la foret. Au poste, les douaniers nous réclament un $ par passeport. Sûrement pour arrondir leurs fins de mois. Le minibus qui nous transporte tombe en panne à mi chemin et nous restons en plein soleil à attendre. Heureusement, le chauffeur connaît bien les défauts de son minibus et se met à réparer tranquillement son problème électrique. C’est reparti. Le paysage de rizières environnant est très sec, nous n’avons toujours pas vu de rizières en eau depuis notre arrivée en asie. Le dernier tronçon se fera en pirogue à moteur jusqu aux 4000 îles. C’est un ensemble d’îles à l’extrême sud du Laos au bord du fleuve du Mékong. Nous accostons sur l’île de Don Det qui se résume à une simple rue en terre où les 200 habitants qui la peuplent proposent à peu près tous des guesthouses.


Nous decidons de rester 3-4 jours pour se reposer et commençons par nous détendre avec une incursion dans la gastronomie laotienne : poisson grillé, laap laap, sticky rice, … Le laap est une salade composée de viande ou de poisson haché assaisonnée au citron vert et au piment. Elle est aussi accompagnée de riz gluant de couleur noire ou blanche qui se mange avec les mains, ce qui plaît beaucoup aux enfants. Aurélien voit que le patron possède des cannes à pêche et à une grosse envie d’essayer. Aussitôt dit, aussitôt fait. Ici tout est simple : on peut manger ou boire à n’importe quelle heure et c’est ma foi bien agréable ! Ce qui l’est moins par contre, c’est de s’endormir avec le bruit du groupe électrogène qui fournit l’électricité et se réveiller à l’aube avec les moteurs des barques des pêcheurs. Nous louons des vélos pour sillonner l’île et atteindre l’île de Don Knone beaucoup plus paisible. Paysage de rizières sèches, palmiers, fougères, bois exotiques en tout genre. Nous apercevons quelques ruines, une vieille locomotive et un pont, vestiges de la présence française. Les enfants peuvent circuler sur ces îles sans danger, il n’y a pas de voiture. Nous continuons à lézarder sur une terrasse d’un restaurant tenu par un lao parlant très bien le français. Nous en profitons pour mieux comprendre l’histoire du pays. Comme beaucoup d’autres après l’occupation française, il est allé faire ses études d’ingénieur en URSS. Le lendemain, Aurélien va faire une ballade en kayak avec son papa : il adore ça. Nous quittons l’île en barque au bout de trois jours direction plateau des Bolovens.
IMG_4068

Apres 3 changements de moyens de transports, nous arrivons au petit village de Tad Lo. Nous nous y sentons bien tout de suite. Le site est connu pour ses belles chutes d’eau ou on peut se baigner. La GH est sur le bord de la rivière d’où nous voyons toute la vie du village. Les enfants du village passent leur journée dans l’eau et n’hésitent pas à prendre la pose photo pour nous. IMG_4268  Depuis la terrasse de la GH, au breakfast, nous observons deux garçonnets qui se sont construit un radeau avec des restes de coupe de bois. Le lendemain matin, ils rajoutent un siège avec des morceaux de polystyrène récupéré on se sait où. Laurent plaisante et pari que demain matin ils auront une voile et le surlendemain un moteur. Ici on se régale à voir l’ingéniosité des enfants pour jouer.
Anthony et Aurélien se sont fait acceptés par les enfants du village et n’arrêtent pas de jouer à trappe trappe ou au Saï près de la rivière. Le Saï que avons ramené du Cambodge, est un volant de plumes à ressort qu’on se renvoie uniquement à l’aide des pieds. Tout le monde rit bien et nous décidons de rester plus que prévu.
Nous faisons notre première ballade en éléphant. C’est un véritable 4X4, il traverse la forêt de bambous ainsi que les rivières sans aucune difficulté. Le cornac appuie en permanence avec ses jambes derrière ses oreilles, s’arrête pour le laisser boire et prendre sa douche dans la rivière ou attraper une branche pour manger de temps en temps. Tout le monde est ravi sauf Aurélien qui trouve cela « ennuyant », « pas assez rapide ». IMG_4359 Nous allons nous promener jusqu’aux villages voisins en remontant la rivière au bord de laquelle les villageois cultivent leur parcelle de jardin. Apres 2 H de marche et de terrain d’aventure, nous atteignons une falaise avec une chute d’eau mais à ctte epoque ce n’est qu’un mince filet d’eau. Il fait très chaud et nous obligeons les enfants à boire beaucoup. IMG_4429

Nous consacrons le dernier après-midi à la visite du village de Houey Houn habité par des Katous. Leur particularité est de confectionner de leur vivant un cercueil en bois ou en ciment pour chaque membre de la famille. Les femmes tissent du coton avec des perles sur des métiers rudimentaires en tendant leur trame avec leurs jambes. Nous sommes aussi dans une région réputée pour son café que l’on voit sécher sur la place du village.
Nous sommes dans une des régions les plus pauvres du Laos et voyons de nombreuses malformations, des gloîtres énormes et des enfants avec de nombreuses plaies purulentes. Martine est touchée par le cas d’une gamine de 14 ans. Sa mère, vendeuse de tissus l’amène dans sa maison et lui montre sa petite fille très malade, peut être une crise de malaria. Malheureusement, ce n’est sûrement pas un cas isolé dans le village. Ici la malaria (palu) fait des ravages, un enfant sur 5 meurt avant 6 ans. Martine lui donne de l’argent pour payer le transport jusqu’à l’hôpital et les médicaments nécessaires, en échange elle nous donne un tissu brodé de perles. En espérant que cet argent ira réellement au soin de la petite fille. En tout cas, nous pensons que cet argent sera bien utilisé pour la famille, au contraire de ce que nous avions vu en Bolivie, ou les hommes buvaient les quelques économies. Dans ces moments là, on peut mesurer à quel point notre système de santé est précieux.IMG_4568 IMG_4549
Le chauffeur nous amène ensuite dans un petit marché typique ou nous sommes les seuls touristes. Nous découvrons les brochettes de lézard séché, des grenouilles vivantes entassées dans un sceau, brochettes de chauves souris, des serpents, des rats et des écureuils.   

Afin de remonter vers le nord, nous rejoignons Paksé. Aurélien a un gros coup de fatigue et une baisse de moral et nous dit qu’il ne veut rien faire. Les troupes se séparent : maman reste avec Aurélien, Laurent part en moto avec Anthony jusqu’aux chutes de Tad Fan puis visiter les exploitations de café. C’est sur le plateau des Bolovens au début du XXe siècle que les français ont introduit la culture du café, du caoutchouc et des bananes. Contrairement au Guatemala ou tout le café est destiné à l’exportation, les Laotiens servent un café de grande qualité que nous dégustons souvent. Laurent et Antho font la rencontre d’un groupe de jeunes qui pique nique au bord de la chute et dégustent ensemble les mets. Ensuite baignade, pour tous. 120 Km de moto dans la journée nous auront permis de voir les différentes étapes de la récolte du café, et même visiter les entrepôts d’une grosse entreprise. Seul bémol, il y a beaucoup d’enfants qui travaillent au tri des grains. Tout le monde est content de sa journée, ça fait du bien de se séparer de temps en temps. Le soir même, nous prenons un bus couchettes pour remonter jusqu’à la capitale Vientiane.

IMG_4716  IMG_4799

                              

Posté par famillegrassi à 07:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur Au pays des Milles Elephants

    moi aussi je vous ai pris des photos :martine et aurelien sur 1 elephant. gros bisous de la part de maud

    Posté par maud, 18 mars 2007 à 16:29 | | Répondre
  • Enfin l'ordinateur est libre !! Adrien a découvert les photos tiens tiens ça m'intéresse ... n'hésitez pas à prolonger votre tour du monde, le temps est pourri ici , un peu d'exotisme nous fait du bien. Grosses bises à tous. sylvie

    Posté par sylvie, 18 mars 2007 à 16:34 | | Répondre
  • "je reviendrai,avec des menbres de fer,la peau sombre,l'oeil furieux : sur mon masque,on me jugera d'une race forte.J'aurai de l'or :je serai oisif et brutal."A LA FACON DE RIMBAUD ON ESPERE VOUS RETROUVER ENCORE PLUS BEAU ET SAGE APRES CE MAGNIFIQUE PERIPLE;GRACE AU BLOG VOTRE VOYAGE A RAYONNE JUSQU'A NOUS et nous sommes un peu triste qu'il S'acheve deja

    Posté par christophe, 01 mai 2007 à 10:12 | | Répondre
Nouveau commentaire