10 avril 2007

Vietnam suite et fin

17-19 Mars Excursion à Sapa
Pour aller à la rencontre des minorités du nord, nous avons pris notre premier train du voyage. Nous avons opté pour les couchettes molles, pas encore assez routards pour la couchette dure. Les enfants sont super excités pour leur 1ère fois en train, le goût du nouveau. Arrivés à 6h du mat à Lao Caï, un bus nous prend en charge jusqu’à Sapa où nous prenons un petit déjeuner. La journée s’annonce longue avec un trek de 5 heures et une nuit moyennement bonne pour les parents. Tchin, une jeune guide locale nous amène à travers les chemins, villages et paysages de rizières en terrasses. En ce moment les rizières sont sèches et malgré cela c’est magnifique. Ici, les montagnes sont sculptées depuis des générations pour permettre la culture du riz qui a besoin d’une culture plate. Sur les chemins montagneux (que nous prenons qu’en descente), nous croisons les premieres ethnies Hmongs en costume noir qui vont au marché de Sapa. Le paysage est superbe, on se sent bien, peut être la nostalgie de nos montagnes. Nous faisons une halte au bord d’une retenue d’eau et Aurélien apprend à faire des ricochets avec Tchin. Des femmes Hmong renommées pour leur grande habileté dans l’utilisation du chanvre de l’indigo et du batik proposent leur artisanat tout le long du chemin mais toujours de façon aimable et sans agressivité. Les enfants en profitent pour négocier des petits objets souvenirs et c’est devenu pour eux un véritable jeu. Aurélien devient redoutable. Après le village Hmong, nous poursuivons vers le village des Dao. Les longs  cheveux des femmes sont noués dans de grands turbans rouges. Notre guide parle très bien anglais et nous sommes étonnés d’apprendre que la majorité des guides sont des filles. En fait, petites ce sont souvent elles qui vendent les petites babioles aux touristes et à leur contact, elles apprennent l’anglais. Malheureusement seulement 60% des jeunes enfants sont scolarisés. En dehors de son travail de guide, elle aide ses parents dans la culture du riz mais son travail touristique lui procure assez de revenu et elle en est très fière. Le lendemain, nous serons surpris de la voir habillée à l’occidentale de façon très coquette, c’est un jour sans touristes alors elle en profite nous dit elle. Aurélien la prend dans ses bras pour lui dire au revoir et la remercier.IMG_6184 IMG_6201
Le lendemain dimanche, nous prenons le bus de bonne heure pour aller au marché de Bac Ha à la rencontre des Hmongs fleur (dont le nom provient des fleurs que les femmes brodent sur leurs jupes). Sur la route, nous voyons le début du piquage du riz. Ils utilisent une partie de terrain pour faire une nursery de plans de riz, qu ils plantent ensuite dans les parcelles préparées au préalable. Les paysans alignés sont dans la boue jusqu'au genou, tandis que d'autres sont derrière le buffle qui prépare la parcelle en la piétinant. La méthode est restée la même depuis des siècles. Les paysans venus au marché y sont parvenus soit avec leur mobylette, soit avec leur cheval voire le buffle qui tire la charrette. C'est l'occasion pour nous de redécouvrir aussi le travail du forgeron à l'ancienne. Tout le monde y vient récupérer sa commande où y faire réparer les outils abîmés. IMG_6308 Les costumes multicolores des femmes illuminent les ruelles du marché malgré le temps brumeux. Ensuite, nous allons jusqu'au village le plus proche où on nous explique que la nourriture est ici principalement à base de maïs et de riz. C'est aussi le moment de goûter le whisky de maïs. Whaou !!!!! (Pire que dans les tontons flingueurs avec le jus de pomme). Même Anthony s'y essaye. Ce sont les anciens qui distillent le maïs alors que les plus jeunes travaillent dans les champs. IMG_6373 IMG_6396

20 mars Nous quittons Hanoï pour Ninh Binh, halte d'une journée pour le site de Tam Coc aussi surnommé la baie d'Along des rizières en raison des rochers qui les surplombent. C'est ici qu'une partie du film «Indochine » avec Catherine Deneuve à été tourné. Nous prenons un canot à rames pour nous promener durant deux heures dans ce superbe cadre. Deux jeunes femmes se relaient et rament avec leurs pieds. Nous glissons paisiblement sur la rivière Ngo Dong et traversons trois grottes. Nous apprécions tout particulièrement le calme et la sérénité qui s'en dégage. Après ce moment bien agréable, nous reprenons nos moto/mobylettes pour aller jusqu'à la pagode de Bich Dong ou « grotte de jade » qui a été construite à l'intérieur de grottes karstiques. C'est l'occasion pour Aurélien et Laurent d'escalader les pics de calcaire avec une vraie sensation de vide mais sans danger.

IMG_6520 IMG_6525 IMG_6632

21 mars Un bus de nuit nous amène jusqu'au centre du Vietnam à Hue. Arrivés aux aurores, nous prenons un solide petit déjeuner avant de visiter la citadelle construite en 1804 sous le règne de l'empereur Gia Long. A l'intérieur, le Palais Thai Hoa (palais de l’harmonie suprême) soutenu par 80 colonnes laquées et sculptées de couleur rouge accueillait les cérémonies impériales et les réceptions officielles. C’est aussi un haut lieu de la guerre du Vietnam, seule ville du sud prise par les nords vietnamiens qui firent flotter leur drapeau pendant 25 jours au sommet de la citadelle, avant sa reprise par les GI.
IMG_6660  IMG_6673   
La nuit passée dans le bus plus la matinée à crapahuter dans la citadelle se fait sentir et nous nous écroulons dans le bus suivant qui nous conduira à Hoi Han, étape de 3-4 jours.   

22 – 24 mars Hoi Han était l'un des principaux ports internationaux d’Asie du sud Est du XVII au XIXe siècle. Aujourd’hui c’est une ville portuaire pleine de charme. Son centre historique est interdit aux voitures et il fait bon y flâner. C’est une des seules villes du Vietnam qui a été épargnée des combats d’un commun accord par toutes les parties pour la préserver. De ce fait, cette petite ville est le témoignage des différentes époques d’un point architectural. Quartier avec vieilles maisons chinoises, pont couvert japonais construit en 1593 pour pouvoir accéder au quartier chinois sur l’autre rive, vieilles batisses Viet, anciennes maisons coloniales d inspiration françaises.
Nous visitons la maison chinoise Tan Ky qui date du XIXe siècle avec ses colonnes en bois de fer, avec des panneaux en teks et acajou où des poèmes chinois sont inscrits en nacre incrustée avec des caractères en forme d’oiseaux. Vraiment magnifique ! C’est le propriétaire des lieux parlant le français qui nous montre les différents niveaux de crues qui ont inondé sa maison à plusieurs reprises. Hoi Han subit régulièrement des inondations à la saison des pluies, qui sont parfois dévastatrices. L’architecture intérieure des maisons s’est adaptée à ce particularisme. Dans la pièce centrale de la maison, se trouve une grande trappe ou puit de lumière ou balcon intérieur (selon la richesse du propriétaire) permettant lors des inondations de monter les meubles rapidement en évitant l’escalier souvent trop étroit. Les mauvaises langues disent aussi que les commerçants chinois pouvaient aussi surveiller leurs employés par cette ouverture. 
Dans le village, les métiers traditionnels comme le tissage ou la poterie sont représentés. Aurélien ne résiste pas à l’envie d’essayer et ne se fait pas prier pour mettre les mains dans l’argile. IMG_6932 IMG_7021 IMG_6948
Mais Hoi Han est surtout réputée pour la qualité de sa confection sur mesure. Vu le nombre d’échoppes, il faut faire jouer la concurrence parce que l’offre est très nombreuse. Laurent en profite pour se faire tailler sur mesure deux costumes (et oui il faut penser au retour), et Martine quelques broutilles comme disent les filles. Nous sommes limités par le poids parce que sinon on aurait refait toute notre garde robe à des prix imbattables : soie de chine, soie japonaise, coton, coton anglais, italien, lin, etc….. Tout est prêt en 24 Heures chrono. A notre grande surprise, pour la première fois on nous propose des « good discount » sur les plats. La patronne du resto est adorable et rajoute gratuitement des assiettes de fruits pour les enfants. Nous en faisons notre cantine. La saveur des fruits, voilà une chose que nous regretterons sûrement à notre retour. Nous profitons durant une après midi de la plage de Cua Dai ou nous nous rendons à vélo. Des marchandes vietnamiennes proposent des fruits et des babioles à tous les touristes, une occasion supplémentaire de déguster de succulents ananas sur une plage de rêve.

25-27 mars NHa Trang
Nous avons pris un bus de nuit horrible, avec un seul chauffeur. Ce soir, trop de touristes au départ de Hoi An, alors ils ont pris le deuxième chauffeur du 1er bus tout confort (auquel on avait droit) et lui ont affrété un bus minable. On se retrouve au fond sur les roues avec derrière soi une montagne de sacs à dos et valises. Le chauffeur genre « poussez vous devant j’ai un gros engin », nous fait quelques frayeurs et Laurent se permet de le siffler bruyamment quand il dépasse les bornes. Mais c est le seul touriste qui proteste alors le chauffeur s’en contrefout. Peut être que les autres passagers (tous touristes étrangers) trouvent ça épique et rigolo mais pas nous. Trop tard pour faire demi tour. Laurent reste éveillé toute la nuit au cas où le chauffeur....Sur le coup de 5 h du mat, après 10h de conduite de nuit, le chauffeur s arrête pour dormir 30 minutes, à  90km de notre destination. Ouf, nous sommes arrivés, cela faisait très longtemps que nous ne nous étions pas inquiétés en bus. Routine habituelle, recherche d’un hôtel sympa, on décline les rabatteurs, on cherche, on visite, etc……..
Nous sommes installés en face de la promenade des anglais à 100 mètres de la plage. Ca construit de partout, on a bien peur que l’on transforme un  « Nice vietnamien » en une « Grande Motte vietnamien ».
Nous nous sommes arrêtés ici pour couper le trajet et faire un peu de plongée sous marine, seul endroit du Vietnam propice à cette activité. Nous choisissons un club tenu par un français. Anthony en profite pour faire son baptême à l’ile de Hon Mot à 6 mètres de profondeur nullement impressionné puisque il recommencera l’après midi à 5 mètres par fort courant Equipe très pro et super sympathique. A recommander (voir les bons coups). IMG_7073 IMG_7079
Malgré la crème, nous prenons tous des coups de soleil sur le bateau. Nous passerons les autres jours entre plage, visite de la ville et visite en moto aux chutes de Ba Ho.

28 mars -2 avril : Mui Ne
Ici, nous avons retrouvé un petit paradis au bord de l’eau parmi de tout petits villages de pêcheurs : calme, sérénité, douceur de vivre, loin des bruits de la ville, petit bungalows au toit de palme, et tout seuls dans une petite pension familiale. Nous avons toute la plage pour nous, 1 touriste au Km². Tous sont concentrés à 5km dans la baie des resorts, boites de nuit, bars et restos. Nous dérogerons une seule fois au rythme, réveil, baignade, petit dej, plouf, école, plouf, re école, repas, plouf, lecture, plouf, dîner, dodo, pour aller en moto dans les dunes de sables blanc à 50 km. Le matin, Laurent donne un coup de main aux pêcheurs à remonter sur la plage leur coque de noix traditionnelle. On assiste à un numéro d acrobatie incroyable pour cueillir les noix de coco. IMG_7197 . Nous faisons une viree en moto jusqu au dunes blanches, tres belles. Les 5 jours passent à une vitesse folle et nous partons en direction de Saigon avec regret. Nous devons prendre un vol le lendemain pour Pekin. IMG_7195 IMG_7216 IMG_7275 IMG_7369

3 avril  Départ en taxi pour l’aéroport après un petit accrochage verbal entre Laurent et le chauffeur qui nous a pris pour des bleus en nous annonçant que son taxi meter est en panne une fois monté et chargé les bagages dans son coffre. Dans la rue, tout le monde observe les éclats de voie de Laurent et finalement le chauffeur cède. Tiens tiens son compteur marche maintenant.
Bye bye Vietnam, on a vraiment aimé.

Posté par famillegrassi à 05:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Vietnam suite et fin

    C'est avec plaisir que nous retrouvons des photos de Pékin, qui nous ramènent 10 ans en arrière. En fait, ça n'a pas beaucoup changé, Mao trône toujours à l'entrée de la cité interdite. Si vous avez 5 minutes à perdre, vous pouvez aller voir le zoo de Pékin et ses pandas géants !!! Christophe, fan de l'émission pékin express sur M6 ne désespère pas de vous voir croiser la route des candidats !!! maud est très fière de la carte et vous dit "tsiee tsiee"...

    Posté par Sylvie, Maud, 11 avril 2007 à 15:51 | | Répondre
Nouveau commentaire